Les enseignements des réunions en télétravail

En ces instants très particuliers, Michel Mondet a reçu Xerfi à domicile pour parler de la qualité en télétravail. Bonne écoute et prenez soin de vous !

On parle de qualité au travail, on pourrait parler de qualité au télétravail, même de tété-qualité dans cette période un peu particulière. En effet après les quelques jours extrêmement rapides d’adaptabilité et de flexibilité de nos clients, des grands corporates, à passer dans un mode de travail à distance de manière généralisé. On constate une amélioration très sensible de la qualité du travail.

D’abord notre quotidien étant fait d’ateliers, de réunions, d’échanges, on constate que ces réunions sont beaucoup plus efficaces parce que trivialement, elles commencent à l’heure elles finissent à l’heure, évidemment il est difficile de faire attendre en visioconférences d’autres acteurs, et tout le monde est ponctuel. Ensuite, évidemment, on constate une beaucoup plus grande discipline dans l’échange, avec par définition l’absence d’aparté, quelque chose d’assez facile à comprendre, mais aussi beaucoup plus de discipline dans l’écoute, dans un échange ou on ne se coupe pas la parole où chacun attend la fin de la phrase de l’autre pour pouvoir s’exprimer.

Un deuxième axe aussi qui nous surprend et qui nous étonne en bien c’est la capacité à échanger plus efficacement avec les directeurs projets et les chefs de projets, on constate une plus grande disponibilité et donc une plus grande rapidité d’échange, moins de délais d’attente, de l’efficacité parce que c’est « right to the point » et que l’on a immédiatement une réponse ou un éclaircissement sur tel ou tel point.

On arrive même à constater que – c’est un peu paradoxal – certaines de nos études ou certains de nos projets se sont légèrement accélérés ces dernières semaines précisément parce que nous sommes tous en télétravail.

Évidemment on pourrait se dire : « c’est l’effet du début » comme cette expérience de télétravail en masse est probablement nouvelle pour tout le monde on peut imaginer que chacun veuille être bon élève sur ce sujet-là, c’est probable, il y a un peu de ça. Mais pas uniquement. Je pense qu’il y a deux phénomènes qui sont tout de même intéressants, c’est que le premier, encore une fois chacun voulant montrer qu’il est bon élève, chacun s’exprime avec un véritable engagement, une sorte d’honneur, une sorte de fierté à être un bon élève et à faire de la belle ouvrage, comme on dit, et faire en sorte que évidemment, tout le monde arrive à être irréprochable de ce pour quoi il est attendu.

Et puis de manière un peu en creux, ou par défaut si vous voulez, je crois qu’on n’assiste plus par définition, à toutes ces réunions qui s’effilochent, à toutes ces post- réunions autour d’un café qui sont faites de beaucoup de critiques, de beaucoup de médisances et qui remettent en cause telle ou telle réunion, telle ou telle option, tel ou tel choix. Et cette absence d’allers-retours que l’on constatait auparavant sur beaucoup de nos réunions dans les projets ou dans les études, fait que les missions, chez nous, avancent beaucoup plus simplement et beaucoup plus efficacement. Donc ça c’est un point qui est à souligner et qui est très fort, même s’il est en creux.

Alors ! La question du jour d’après, est-ce que l’on va garder cette qualité d’exercice du métier dans les jours d’après, est-ce qu’on pourra refaire des workshops sans être critique, sans se couper la parole, sans faire d’aparté etc …
Non probablement qu’on reviendra tous comme avant, comme dit le conte, « nous redeviendrons tous citrouille », nous aussi du reste…
Mais pour autant je pense qu’on pourrait imaginer de tirer des leçons, très concrètement très humblement de cette période de télétravail généralisée pour voir ce qui a fait que, encore une fois, les projets ou les études ont avancé avec plus d’efficacité qu’en présentiel.

Chez Akeance en tout cas, nous allons profiter dès que nous le pourrons pour tirer profit de cette période en réunissant l’ensemble des collaborateurs et en essayant d’identifier les dix commandements du télétravail, ce qu’on pourrait déjà appeler les dix « télé-commandements » de cette période particulière.