Le ratio de levier : le bilan des banques sous contrainte

Ratio de levierUn nouveau ratio destiné à préserver la stabilité du système bancaire…le ratio de levier. Dans les faits, pas si nouveau que cela puisque depuis plusieurs années les banques le calculent, le pilotent et le publient. Obligatoire à compter de janvier 2018, il devient « officiellement contraignant ».

Ce ratio s’inscrit dans le cadre de la directive CRD VI du 26 juin 2013 suite aux accords de Bâle III. Son seuil est fixé à 3% mais à la différence du ratio de solvabilité, son calcul se base sur l’ensemble des engagements (bilan et hors bilan), avec au numérateur les fonds propres Tier 1. Ainsi, une banque ne peut pas engager plus de 33 fois ses fonds propres.

Le ratio de levier vient donc renforcer les exigences de solvabilité et de liquidité déjà couvertes par les ratios solvabilité, LCR ou encore NSFR. Cette nouvelle mesure n’a pas vocation à se substituer au ratio de solvabilité, mais constitue pour les autorités un filet de sécurité face aux déficiences de celui-ci, et un moyen de limiter la croissance des bilans bancaires en imposant une exigence minimale de fonds propres à l’ensemble des engagements.

Ce dispositif oblige les banques à poursuivre le pilotage de leurs fonds propres, alors que ces dernières surveillent leurs risques pondérés et leur liquidité à court et moyen terme. Cette mesure constitue donc un challenge de taille pour les banques, qui sont contraintes à de nouveaux arbitrages dans leurs activités afin d’accroître la maîtrise de leur bilan.

Face à ce challenge, Akeance Consulting peut vous accompagner aussi bien dans le calcul et le pilotage de votre ratio de levier, que dans son intégration dans un dispositif plus large de surveillance de la liquidité et du capital, au même titre que l’ICCAP, l’ILAAP, le cadre d’appétence aux risques…