Le confinement : révélation d’un besoin de conseil en performance

Le confinement : révélation d’un besoin de conseil en performance

conseil en performance

La plupart d’entre nous avons été fortement et positivement marqué par la rapidité et l’efficacité de la mise en place du travail à distance de manière massive, à la mi-mars, début du confinement. Certes, çà et là, le calage de la mise en place nécessita quelques jours d’adaptation notamment pour les accès informatiques à distance. Mais globalement, ce passage massif en mode télétravail est une réussite.

Néanmoins, la situation vécue – entre nouveau mode de travail et crise économique – a fait émerger quelques préoccupations chez nos clients, plus ou moins cachées, non connues ou non prioritaires.

En effet, la première question qui nous est souvent posée est de savoir si les entreprises « bien processées » ont mieux réussi le passage au travail à distance. Et là, le bât blesse… Performance opérationnelle semble en effet très liée à la qualité des process. Une idée préconçue était de penser que les entreprises avec des Plans de Continuité d’Activité (PCA) étaient mieux armées pour le confinement. En fait, nous constatons qu’il s’agit plutôt des entreprises qui ont processé leurs activités ET qui ont su adapter lesdits process au nouveau modus operandi. Ces entreprises ont su très vite adapter leurs process. On peut parfois regretter le manque d’adaptation (une soutenance commerciale à 18 personnes en visio n’est guère efficace, ou encore le maintien de paiement par chèque…). Mais certaines entreprises ont dû constater le manque de performance de leur flux d’activité. C’est très vrai en matière de facturation où l’absence de process clair a fait défaut. C’est tout aussi vrai dans la gestion des fournisseurs et des appels d’offres. Ainsi, des projets de Gestion Electronique de Documents (GED) ont émergé sur la base de l’expérience de cette période de confinement.

Plus proche de la performance financière, l’absence ou la non fiabilité des prévisions de trésorerie, (qui relèvent autant du chiffre que du process, du reste) s’est fait parfois particulièrement sentir. Un besoin de conseil en performance en matière de prévisions de trésorerie apparaît clairement à l’occasion de ce confinement.

La liste des chantiers d’amélioration de la performance qui sont tombés sous les high lights pendant ce confinement est loin d’être exhaustive ; tant s’en faut ! Plus positivement, un autre constat est nouvellement partagé sur la plupart des projets, chez nos clients. C’est la capacité à mener à distance soit des études soit une direction de projet là où nous pensions inévitable le présentiel. C’est aussi vrai des projets qui tiennent à la conformité bancaire qu’au pilotage d’une mise en place d’un progiciel.

Comme quoi, nous aussi avons besoin de tirer les leçons de ce confinement pour améliorer encore et toujours notre propre performance opérationnelle au service de nos clients.